Philippe Decressac photographe

Couverture de l'ouvrage Islande, carnet photographique de Breidavik à Eskifjördur

Terres authentiques
Islande

 

Ce carnet nous conduit en Islande, de Breidavik à Eskifjördur, au rythme des deux saisons les plus prometteuses pour le photographe : le printemps et l’automne. L’été est assurément la meilleure saison pour le randonneur mais les sites les plus remarquables sont pris d’assaut par des touristes toujours plus nombreux.

La fin du printemps est propice à la découverte de myriades d’oiseaux qui viennent nicher sur les falaises abruptes ou dans les zones marécageuses, dont les emblématiques macareux moine et sternes arctiques qui repartiront en migration dès le milieu de l’été. Les journées de dix-huit heures facilitent les longues observations et grâce à une telle amplitude il y a toujours, même par mauvais temps, quelques rayons de soleil pour rehausser les couleurs de ces oiseaux splendides.
L’automne est encore plus capricieux que partout ailleurs mais l’on glisse dans une douce solitude sur les routes désormais désertes. Les innombrables chemins de traverse invitent aux longues pauses sous des lumières envoûtantes et furtives. Des nuages tour à tour charbonneux et rougeoyants assombrissent ou embrasent des paysages insensés exprimant la naissance du monde ou l’apocalypse.
En toute saison, sous ce ciel délicieusement versatile, il faut savoir prendre son temps. Bien sûr il est indispensable de visiter les sites qui ont fait la renommée de l’Islande et dont chacun mérite le voyage. Mais chaque détour d’une route ou d’une piste peut se révéler aussi comme une magnifique émotion visuelle.

» Voir sur Facebook

Pictogramme vidéo Voir la bande-annonce

Acheter le livre Logo Fnac   Logo Amazon